Catégories
Actualités

Brexit: le «  fonctionnement sûr '' du tunnel sous la Manche est incertain à partir de janvier, préviennent les députés

Les députés ont fait part de leurs craintes quant à «l'exploitation sûre du tunnel sous la Manche» à partir de janvier, accusant le gouvernement de ne pas s'être préparé.

La France et le Royaume-Uni devaient négocier les changements nécessaires en raison du Brexit – mais les ministres n'ont pas encore proposé de nouveau cadre de sécurité, disent-ils.

Si un accord n'est pas conclu à la fin de la période de transition, dans à peine 100 jours, le statut juridique d'un traité datant de 1986 est incertain.

Cela soulèvera «des inquiétudes quant à la sécurité de l'exploitation du tunnel après le 31 décembre étant donné que la plupart des lois de l'UE ne s'appliqueront plus au Royaume-Uni», prévient le rapport de la commission d'examen européenne des Communes.

En cas de litige, «la France pourra prendre des mesures unilatérales pour reprendre le contrôle de sa section du tunnel», suggère-t-elle.

Le rapport intervient après qu'une fuite d'un document gouvernemental ait également mis en garde contre des files d'attente de jusqu'à 7000 camions dans le Kent lorsque l'achèvement du Brexit apporte le chaos frontalier.

Les exportateurs sont confrontés à des retards de deux jours pour atteindre la France, 70% des camions n'étant pas prêts pour de nouveaux contrôles pour traverser la Manche – dont jusqu'à la moitié sur l'itinéraire le plus fréquenté de Douvres à Calais et dans l'Eurotunnel.

La commission souligne que Brexit signifie «le traité Royaume-Uni-France de Cantorbéry, qui régit l'exploitation du tunnel depuis 1986, devra être modifié».

La Commission européenne a proposé des pourparlers directs entre Paris et Londres – à condition que tout changement «applique toute la législation européenne pertinente du côté britannique et français».

Le gouvernement britannique s'y est opposé, car Boris Johnson a insisté sur le fait que la Cour européenne de justice n'aurait plus de mandat dans ce pays une fois le Brexit terminé.

Mais, indique le rapport: «Bien qu'il ait confirmé son opposition aux propositions, le gouvernement n'a pas encore avancé de suggestions pour un autre cadre de sécurité post-transition.»

Même si la France était disposée à parvenir à un accord en dehors de la future juridiction de la CJE, cela nécessiterait l’autorisation de l’UE, «créant des contraintes politiques et temporelles considérables».

La commission «demande d'urgence des informations complémentaires» au gouvernement et «des mises à jour régulières sur les négociations avec la France».

«Le statut unique du tunnel sous la Manche en tant que seule connexion de transport de surface du Royaume-Uni à l’Europe continentale et en tant qu’infrastructure conjointe Royaume-Uni et France rend un accord garantissant le maintien de sa sécurité d’exploitation en toute sécurité», déclare sa lettre.

«En effet, sans un accord sur le régime de sécurité en vigueur applicable au tunnel, il existe une possibilité réelle de perturbation significative de son exploitation.»

Les critiques reflètent les protestations selon lesquelles le gouvernement n'a pas réussi à jeter les bases du Brexit dur qu'il poursuit, risquant le chaos frontalier et d'autres perturbations énormes.

Le tunnel est utilisé par environ 11 millions de passagers par an, ainsi que pour transporter 1,3 million de tonnes de fret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *