Catégories
Actualités

Découverte du tombeau de la «princesse» de l'âge du fer du 8e siècle avant JC

Les restes d'une femme de 2800 ans ruisselant de perles de verre bleues et portant une boucle de ceinture en cuivre ont été découverts par des archéologues français.

Le corps de la femme, qui aurait été une princesse, a été placé dans un cercueil en chêne avec ses bras reposant à ses côtés.

Elle a été enterrée dans une fosse rectangulaire mesurant 9,4 pieds par 3,6 pieds, avec des bijoux sur son corps et des poteries placées près de sa tête.

L'équipe d'archéologues a identifié l'empreinte du cercueil dans le sol ainsi que les fragments d'os de la femme près de Saint-Vulbas, à une trentaine de kilomètres de Lyon.

Elle était l'une des trois personnes enterrées sur le site pendant le premier âge du fer au 8ème siècle avant JC.

La femme aurait été enterrée dans un cercueil en chêne

Le corps a été retrouvé avec des bracelets en verre bleu et des perles de cuivre sur les deux poignets à l'extérieur de Lyon, dans le sud-est de la France. L'un des bracelets est illustré ci-dessus

Le corps a été retrouvé avec des bracelets en verre bleu et des perles de cuivre sur les deux poignets à l'extérieur de Lyon, dans le sud-est de la France. L'un des bracelets est illustré ci-dessus

La boucle de ceinture est montrée ci-dessus telle qu'elle a été trouvée dans la tombe. Il est entouré de perles

La boucle de ceinture est montrée ci-dessus telle qu'elle a été trouvée dans la tombe. Il est entouré de perles

Des bracelets ornés de verre bleu et de perles de cuivre ont été placés sur chacun des poignets de la femme, selon des archéologues de l'Institut national de recherche archéologique préventive (Inrap).

Une boucle de deux pouces de large avec un clip en alliage de cuivre a également été découverte, suggérant qu'elle portait une ceinture, probablement en cuir.

Des fragments du bassin de la femme, des deux fémurs, des parties du crâne et du sacrum figuraient parmi les ossements trouvés avec les trésors.

Sa tombe est l'un des trois monticules funéraires identifiés sur le site qui remonteraient à la première moitié du VIIIe siècle avant JC, qui était le début de l'âge du fer.

Les restes humains dans l'une des autres tombes ont montré des signes d'incinération.

Une autre tombe semble avoir été ajoutée au 5ème siècle avant JC, ainsi qu'un monument funéraire à quatre montants entouré d'un fossé peu profond.

Une boucle de ceinture en cuivre avec un clip pour le maintenir attaché a également été trouvée à l'intérieur de la tombe

Une boucle de ceinture en cuivre avec un clip pour le maintenir attaché a également été trouvée à l'intérieur de la tombe

Sur la photo, quelques-unes des perles de verre qui ont été enterrées avec la femme il y a 2200 ans

Sur la photo, quelques-unes des perles de verre qui ont été enterrées avec la femme il y a 2200 ans

Une pile de petits disques perlés de la tombe est illustrée ci-dessus. La tombe de la femme était l'une des cinq découvertes sur le site

Une pile de petits disques perlés de la tombe est illustrée ci-dessus. La tombe de la femme était l'une des cinq découvertes sur le site

Le tombeau est divisé en deux, les deux moitiés contenant des restes humains incinérés.

Dans une moitié, les archéologues ont trouvé ce qui semble être une boîte en bois garnie de calcaire, dans laquelle des fragments d'os et de bracelet lavés avaient été placés.

Comment était la vie en France au 8ème siècle avant JC?

La culture de Halstatt a dominé la France à l'époque où les corps ont été enterrés, qui est connue pour son accent sur l'agriculture et les beaux objets.

Vers 800 avant JC, les gens avaient commencé à vivre dans des forts, lourdement défendus par des murs et des douves, en raison des conflits croissants.

Les tribus avaient également commencé à échanger du cuivre et de l'étain, pour fabriquer du bronze et du fer à cette époque entre elles et avec la Méditerranée.

Source: Histoire

Ils suggèrent qu'un espace vide à côté de cela aurait pu être utilisé pour des offrandes de denrées périssables, telles que de la nourriture.

Dans l'autre moitié, des ossements mélangés au charbon de bois du bûcher funéraire ont été enterrés dans un conteneur de type panier.

L'état des os ne permet pas de déterminer le sexe de la personne incinérée, mais les ornements – un clip de ceinture en fer et un bracelet en alliage de cuivre – suggèrent qu'il s'agissait d'une femme.

L'ancien cimetière a été découvert lorsque les travailleurs ont commencé à enlever le sol pour construire le parc industriel de la Plaine de L'Ain.

Les occupants de la tombe vivaient alors que la culture Halstatt, connue pour ses beaux objets et l'accent mis sur l'agriculture et le travail des métaux, dominait dans le sud-est de la France et dans la plupart des pays européens.

En 800 avant JC, des routes commerciales à longue distance avaient été établies pour l'échange de cuivre, d'étain et de fer, reliant la région à la Méditerranée.

C'est également à l'époque où les forts des collines ont commencé à apparaître, défendus avec des murs et des fossés afin de repousser les clans rivaux.

Des centaines de corps momifiés dans des tourbières ont été découverts aux alentours de cette période, nombre d'entre eux ayant subi des morts brutales.

Sur la photo ci-dessus est le contour de la couverture à quatre poteaux du 5ème siècle avant JC qui se trouvait sur le site

Sur la photo ci-dessus est le contour de la couverture à quatre poteaux du 5ème siècle avant JC qui se trouvait sur le site

Un enterrement séparé avait un cercueil de calcaire enterré sous un revêtement d'un côté

Un enterrement séparé avait un cercueil de calcaire enterré sous un revêtement d'un côté

Vue d'artiste de ce à quoi aurait ressemblé le lieu de sépulture en France

Vue d'artiste de ce à quoi aurait ressemblé le lieu de sépulture en France

Un de ces corps – l'homme Tollund du IVe siècle avant JC – a été si bien conservé lorsqu'il a été retrouvé au Danemark qu'il a été présumé être une victime récente d'un meurtre.

Il a été tué par pendaison, la corde laissant des marques profondes dans son cou, avant d'être placé dans la tourbière.

Un autre – l'homme Lindow, trouvé à Manchester, en Angleterre – semblait avoir eu la gorge tranchée et avoir été fouetté avec une corde faite de parties d'animaux avant d'être jeté dans une tourbière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *