Catégories
Actualités

Erdogan en Turquie appelle au boycott des produits français après les propos «anti-islam» de Macron

Recep Tayyip Erdogan a appelé les Turcs à boycotter les produits français lors de la dernière escalade d'une dispute sur la décapitation d'un enseignant à Paris.

Le président turc a affirmé que son homologue français, Emmanuel Macron, perpétuait un programme «anti-islam» en critiquant les partisans radicaux de la foi à la suite du meurtre.

Samuel Paty a été décapité lors d'une attaque terroriste islamiste au début du mois, après avoir montré des représentations du prophète Mahomet aux étudiants dans une leçon sur la liberté d'expression.

Après le meurtre, M. Macron a déclaré que l'islam était «en crise» dans le monde et qu'il prendrait des mesures pour protéger à la fois la France et les musulmans d'un sous-ensemble d'extrémistes. Il a déclaré qu'il voulait de nouvelles lois pour «défendre la république et ses valeurs et s'assurer qu'elle respecte sa promesse d'égalité et d'émancipation».

Lire la suite

La France est la dixième source d’importations en Turquie et le septième marché pour les exportations de la Turquie, selon l’institut de statistique turc.

Les commentaires de M. Erdogan font suite à d’autres remarques plus personnelles adressées au dirigeant français ce week-end. « Macron a besoin d'un traitement mental », a-t-il déclaré samedi.

Lundi, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a soutenu M. Macron et a déclaré que les remarques du président turc constituaient un nouveau creux. Bien qu'alliés, M. Macron et M. Erdogan ont eu une relation tendue, se heurtant à nouveau cet été alors que les relations diplomatiques entre la Grèce et la Turquie se détérioraient et que la France se rangeait du côté d'Athènes.

Les dirigeants des pays islamiques ont également rejoint l'attaque rhétorique contre M. Macron, après la Charlie Hebdo des caricatures de Muhammad ont été projetées sur les bureaux municipaux de Toulouse et Montpellier. Le gouvernement marocain a déclaré dans un communiqué qu’il croyait que les Français n’étaient pas libres d’exprimer des opinions offensantes pour les musulmans.

Pendant ce temps, Imran Khan du Pakistan a appelé Facebook à interdire les publications islamophobes et a affirmé que les projets de M. Macron «conduiraient à une polarisation et à une marginalisation accrues des musulmans en France». Il a en outre affirmé que les musulmans étaient les victimes d'un «pogrom» similaire à l'Holocauste.

Une poussée pour un boycott des produits français a également été mise en évidence au Koweït, en Jordanie et au Qatar.

Rapports supplémentaires par les agences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *