Catégories
Actualités

French News Digest: Le site des candidatures à la résidence est en ligne

Site de résidence FPHL

La mise à jour de cette semaine comprend des détails sur le site Web de résidence nouvellement lancé pour les Britanniques en France, ainsi que les mises à jour de Covid-19.

Le site Web pour les demandes de résidence des Britanniques est maintenant en ligne

Après plusieurs retards, la procédure de demande de titre de séjour en ligne pour les ressortissants britanniques et les membres de leur famille résidant en France ou souhaitant s'installer en France avant le 31 décembre 2020 est enfin opérationnelle.

Vous pouvez accéder au site, qui détaille les documents et les photographies (fichiers PDF, JPEG ou PNG numérisés) nécessaires, ici.

Après validation de votre demande en ligne, une confirmation de votre demande vous sera envoyée par email avec un numéro d'accusé de réception.

Une fois votre dossier traité, un mail vous sera adressé par la préfecture afin de fixer un rendez-vous en préfecture pour finaliser votre dossier (réception de la photographie et prise d'empreintes digitales).

Votre titre de séjour sera ensuite envoyé à votre domicile par courrier.

FrenchEntrée vous conseille vivement de lire d'abord les questions fréquentes détaillées ici.

Toutes les demandes doivent être déposées sur le site Web avant le 1er juillet 2021 pour obtenir un permis de séjour portant la mention «Accord de retrait du Royaume-Uni de l'UE». Les dossiers papier ne seront pas acceptés par les préfectures.

La possession du titre de séjour sera obligatoire à partir du 1er octobre 2021 pour toute personne âgée de plus de 18 ans, et même si vous êtes déjà titulaire d'un titre de séjour valide, ou vous avez récemment demandé un titre de séjour à la préfecture, ou vous en avez fait la demande, mais pas encore atteint, nationalité française, vous devez remplir une nouvelle demande.

Cependant, la démarche pour ceux qui vivent déjà en France depuis plus de cinq ans et qui ont déjà un carte de séjour permanent est beaucoup plus simplifié.

Le titre de séjour est gratuit et permettra aux résidents en France de voyager dans les autres États appartenant à l'espace Schengen pour des périodes n'excédant pas trois mois.

Mise à jour Covid-19

Selon la mise à jour de cette semaine de Santé Public France, la France a signalé un total de 85 décès liés au Covid-19 dans les 24 heures précédant dimanche, portant le nombre total de décès à 33 477. Au cours de la même période de 24 heures, il y a eu 29 837 nouveaux cas de contamination.

Le nombre global de décès dans les EHPAD (maisons de soins) et EMS (centres médico-sociaux) s'élève à 10 912 alors que le nombre total de décès à l'hôpital est de 22 565.

La France compte 7 530 personnes hospitalisées avec Covid-19, dont 1 343 cas graves en réanimation. Le taux de positivité du test est remonté à 13,2%.

84 départements sont actuellement en situation de «forte vulnérabilité», les régions Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France et Grand Est représentant 70% des patients en réanimation.

Totaux des cas de Covid-19 à l'hôpital et nombre de décès à dimanche, par région:

  • Ile-de-France: 3054 personnes hospitalisées et 27 décès en 24 heures
  • Grand Est: 417 hospitalisés et 1 décès en 24 heures
  • Hauts de France: 1182 personnes hospitalisées et 5 décès en 24 heures
  • Auvergne Rhône Alpes: 1929 hospitalisés et 18 décès en 24 heures
  • Provence-Alpes Côte d’Azur: 1159 hospitalisés et 8 décès en 24 heures
  • Bretagne: 214 hospitalisés et 0 décès en 24 heures
  • Normandie: 486 personnes hospitalisées et 3 décès en 24 heures
  • Nouvelle-Aquitaine: 483 personnes hospitalisées et 4 décès en 24 heures
  • Pays de la Loire: 311 personnes hospitalisées et 1 décès en 24 heures
  • Occitanie: 793 hospitalisations et 13 décès en 24 heures
  • Centre-Val de Loire: 247 personnes hospitalisées et 0 décès en 24 heures
  • Bourgogne-Franche-Comté: 302 hospitalisations et 3 décès en 24 heures
  • Réunion: 52 patients hospitalisés et 0 décès en 24 heures
  • Guadeloupe: 158 hospitalisés et 1 décès en 24 heures

La France compte actuellement 1 750 clusters, dont 62 nouveaux et 355 à Ehpads.

Macron annonce le couvre-feu pour les grandes villes

Mercredi 14 octobre dernier, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé qu'un couvre-feu serait instauré à partir du samedi 17 octobre à minuit.

Le couvre-feu concerne Paris ainsi que toute la région Ile-de-France, ainsi que huit autres grandes villes – Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Étienne et Toulouse – et sera en place de 21h à 6h du matin pour un minimum de quatre semaines (bien que le gouvernement demande une prolongation de deux semaines supplémentaires).

«Nous devons arrêter la propagation du virus pour protéger les autres, les personnes âgées et les plus vulnérables; nous devons protéger notre système de santé et nos soignants », a déclaré Macron. «Nous sommes tous connectés les uns aux autres. Ces 20 000 nouveaux cas par jour devront être réduits aux 3 000/4 000 cas que nous pouvons gérer. »

Comme prévu, cependant, il a exclu un verrouillage national. «Il serait disproportionné de reconfigurer le pays; nous devons réduire les contacts privés les plus dangereux, avec des personnes qui ne font pas partie de notre cellule familiale », a expliqué le président.

«Si nous maintenons ce couvre-feu pendant six semaines, nous pensons pouvoir rouvrir progressivement les établissements fermés. Six semaines, c'est le temps qui nous semble utile. L'objectif est de pouvoir continuer à avoir une vie économique, pour que nos concitoyens puissent continuer à avoir une vie et un travail normaux.

Quant à ceux qui doivent rentrer chez eux à temps pour le couvre-feu, Macron a déclaré: «Si vous disposez de 30 minutes de transport, vous devez prendre des dispositions pour être à la maison à 21 heures».

La France sous l’état d’urgence, plus une nouvelle «règle de six»

L'état d'urgence sanitaire a été rétabli en France après avoir été levé le 10 juillet.

«L’épidémie de Covid-19 constitue une catastrophe sanitaire qui, de par sa nature et sa gravité, met en danger la santé de la population», indique un rapport publié par le Conseil des ministres de la France.

Parmi les autres mesures introduites par Macron, il y a la «règle de six», ce qui signifie que les gens sont invités à limiter les rassemblements privés à six personnes au maximum qui ne proviennent pas du même foyer. Les familles de sept membres ou plus peuvent continuer comme d'habitude.

La même «règle de six» s’applique désormais également au nombre maximum de personnes pouvant s’asseoir à une seule table de restaurant.

Des endroits comme les cinémas et les théâtres sont tenus de laisser un siège sur deux vide.

Le Premier ministre Jean Castex a ajouté plus de détails le lendemain, affirmant que les déplacements pendant les heures de couvre-feu étaient autorisés pour les voyages à l'hôpital ou à la pharmacie ou, si les heures de travail l'exigeaient (télétravail, ou travailler à domicile, est toujours recommandé mais pas obligatoire), un certificat spécial devra être produit comme preuve. Les billets pré-réservés pour les avions et les trains qui arrivent après le couvre-feu seront autorisés.

L'amende pour ceux qui ont enfreint le couvre-feu sera de 135 €.

Marches pour se souvenir d'un enseignant décapité

Des milliers de personnes ont assisté dimanche à des rassemblements à travers la France en souvenir de Samuel Paty, l'enseignant décapité lors d'un attentat terroriste dans une banlieue nord-ouest de Paris vendredi.

L'attaquant, un jeune de 18 ans d'origine tchétchène nommé Abdoulakh A, a été abattu par la police.

L'attaque a horrifié et scandalisé la France, car il est apparu que M. Paty avait montré aux élèves des dessins animés du prophète Mahomet, dans le cadre d'une leçon sur la liberté d'expression.

Le président Emmanuel Macron a déclaré que l'attaque avait toutes les caractéristiques d'une «attaque terroriste islamiste» et que l'enseignant avait été tué parce qu'il «enseignait la liberté d'expression».

Les gens se sont rassemblés place de la République à Paris, beaucoup portant le slogan «Je suis enseignant»(Je suis enseignant), pendant ce temps, le Premier ministre Jean Castex était présent et a déclaré:« Nous sommes la France! » Un hommage national pour M. Paty aura lieu mercredi à la cour historique de la Sorbonne.

La police a attaqué des dizaines de groupes islamistes et d'extrémistes présumés, le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, affirmant hier qu'environ 80 enquêtes étaient en cours sur des prédicateurs radicaux. Onze personnes ont jusqu'à présent été arrêtées.

Bannière Moneycorp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *