Catégories
Actualités

La France double le congé de paternité à 28 jours – deux fois plus que le Royaume-Uni

La France va doubler le congé de paternité à près d’un mois, a annoncé le bureau d’Emmanuel Macron.

La nouvelle règle des 28 jours est bien en deçà des neuf semaines recommandées par une commission présidentielle mise en place en novembre, mais rapproche le droit français des nations européennes plus progressistes.

Plusieurs pays comme la Suède, la Norvège et l'Espagne offrent actuellement des perspectives plus généreuses pour les nouveaux pères.

Alors que les partenaires au Royaume-Uni peuvent choisir de prendre un congé parental partagé d'une durée maximale de 50 semaines, le congé de paternité est actuellement de 14 jours et les pères se voient offrir soit 151,20 £ par semaine, soit 90% de leur salaire hebdomadaire moyen, selon le plus bas des deux.

«Le temps est un facteur essentiel pour établir un lien important entre l'enfant et les parents. Actuellement, ce délai de 14 jours est trop court », a déclaré un responsable de l'Elysée à l'Agence France-Presse (AFP).

Cette décision était une «réforme extrêmement consensuelle» pour le président étant donné que 80% de la population l'approuverait, a déclaré le responsable.

C’est une démonstration de «l’engagement très fort» de M. Macron à lutter «contre les inégalités de destin à la racine», Le Figaro a rapporté un responsable de l'Elysée en disant.

Le congé payé pour les nouveaux pères en France a été porté pour la dernière fois à 14 jours en 2002, ce qui était alors considéré comme une évolution progressive.

Malgré la commission du psychiatre Boris Cyrulnik sur les 1000 premiers jours de la vie des enfants concluant que les pères se voient accorder neuf semaines à la maison, le responsable a déclaré à l'AFP: «Le doublement est déjà un changement assez important en termes de développement culturel et pour la place des pères avec les enfants. »

La réforme, qui deviendra en partie obligatoire par la loi, sera annoncée par M. Macron mercredi lors d'une visite dans un centre de maternité et de santé infantile de l'Essonne, et entrera en vigueur en juillet. Il devrait coûter à l'État 500 millions d'euros par an.

Et dans le but de réduire l'écart entre la fréquence à laquelle le congé de paternité est actuellement pris par les hommes ayant un emploi sûr et précaire – qui se situe respectivement à 80 et 50 pour cent, selon le Lycée – une nouvelle amende pourrait être imposée aux entreprises qui ne parviennent pas à donner du temps libre aux nouveaux pères.

La sanction actuelle pour les entreprises considérées comme des mères «trompeuses» en congé de maternité est de 7 500 €.

Le caractère obligatoire de la réforme a suscité quelques critiques, avec Julien Damon, professeur associé à l'Institut d'études politiques de Paris, racontant Le Figaro: «Donner plus de temps aux jeunes papas, c'est bien. Les assigner à résidence semble plus discutable. Cela pourrait même conduire à un travail caché ou noir. « 

Mais d'autres ont appelé le gouvernement à aller plus loin, l'ancien allié de Macron et membre de la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale, Guillaume Chiche, suggérant au moins huit semaines de congé obligatoire, avec l'option d'un mois supplémentaire.

Alors que le Royaume-Uni a fait des progrès en 2015 pour inverser les inégalités en établissant le système de congé parental conjoint, les recherches suggèrent que seulement 1% des nouveaux parents éligibles ont utilisé le système en 2017/18.

En outre, des preuves indiquent que seul un tiers au Royaume-Uni prend un congé de paternité, le considérant souvent comme «un luxe inabordable».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *