Catégories
Actualités

La France ordonne aux entreprises de médias sociaux de supprimer certains contenus en moins d'une heure sous peine d'amendes

La France a adopté une nouvelle loi qui oblige les sociétés de médias sociaux à supprimer certains contenus en une heure ou à payer de lourdes amendes.

Le règlement oblige des entreprises comme Facebook et Twitter à supprimer les discours de haine et le contenu illégal de leurs plateformes, les amendes potentielles étant désormais plafonnées à 1,25 million d'euros (1 million de livres sterling).

Le contenu haineux comprend le racisme, la discrimination sexuelle et le harcèlement sexuel, tandis que le contenu illégal concerne la pornographie enfantine et le terrorisme.


En vertu de la nouvelle ordonnance, les entreprises auront 24 heures pour supprimer le contenu haineux et seulement une heure pour supprimer le contenu illégal.

Le calendrier avait déjà été proposé par la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen en 2019, mais a fait l'objet de critiques de la part des défenseurs de la liberté d'expression qui ont averti qu'il pourrait être utilisé pour accroître la censure en ligne.

L'eurodéputée néerlandaise Sophie in ‘t Veld a déclaré à l’époque qu’elle ne laissait pas suffisamment de temps pour évaluer la mesure de renvoi et son impact sur la liberté d’expression.

Elle a également déclaré qu'il serait pratiquement impossible pour les petites entreprises de se conformer, bien que la nouvelle loi stipule qu'elle ne s'applique qu'aux «grands opérateurs de plateformes en ligne».

Facebook a déclaré que la répression des commentaires nuisibles était une préoccupation depuis plusieurs années et que des modérateurs humains et IA étaient déjà en place pour y faire face.

«Depuis de nombreuses années, la lutte contre la haine en ligne est une priorité absolue pour Facebook. Nous avons des règles claires contre cela et avons investi dans les personnes et la technologie pour mieux l'identifier et le supprimer », a déclaré un porte-parole dans un communiqué.

«La réglementation est importante pour aider à lutter contre ce type de contenu. Nous travaillerons en étroite collaboration avec le Conseil supérieur de l’audiovisuel et d’autres parties prenantes sur la mise en œuvre de cette loi. « 

UNEudrey Herblin-Stoop, responsable des politiques publiques de Twitter France, a déclaré: «Nous avons travaillé étroitement et ouvertement avec le gouvernement français dans le cadre de notre engagement commun à construire un Internet plus sûr et à lutter contre la haine en ligne illégale. L'amélioration de la santé de la conversation publique est notre priorité numéro un depuis plusieurs années, et nous nous engageons à protéger un Internet ouvert et la liberté d'expression, et à explorer les possibilités de lutter contre les abus et les informations trompeuses à grande échelle. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *