Catégories
Actualités

Le contenu islamophobe sur Facebook est à blâmer pour un extrémisme en pointe, selon le Premier ministre pakistanais

Le contenu islamophobe sur Facebook est à blâmer pour une montée de «l'extrémisme et de la violence» dans le monde, a déclaré le Premier ministre pakistanais, alors qu'il appelait à son interdiction.

Dans une lettre ouverte à Mark Zuckerberg, Imran Khan a dénoncé les «  abus et diffamations rampantes '' des musulmans en ligne, appelant à une interdiction similaire à celle récemment introduite ce mois-ci pour les négationnistes de l'Holocauste.

Parmi plusieurs exemples, Khan a évoqué la publication de caricatures «blasphématoires» du prophète Mahomet en France, qui, selon lui, conduiraient à la marginalisation des musulmans et encourageraient l'extrémisme violent.

La lettre a été publiée quelques heures à peine après que Khan a directement accusé Emmanuel Macron d'avoir «  attaqué l'islam '' à la suite d'un attentat terroriste à Paris qui a vu un enseignant décapité pour avoir montré des dessins de Mohammed à ses élèves.

Imran Khan a accusé le contenu islamophobe sur Facebook d'avoir provoqué une montée de l'extrémisme violent et a appelé à son interdiction

Imran Khan a accusé le contenu islamophobe sur Facebook d'avoir provoqué une montée de l'extrémisme violent et a appelé à son interdiction

Cela est venu des heures après que Khan a accusé Emmanuel Macron d'avoir `` attaqué l'islam '' alors qu'il défendait un enseignant qui avait été tué après avoir montré des dessins animés du prophète Mahomet à des enfants.

Cela est venu des heures après que Khan a accusé Emmanuel Macron d'avoir «  attaqué l'islam '' alors qu'il défendait un enseignant qui avait été tué après avoir montré des dessins animés du prophète Mahomet à des enfants.

Le Pakistan a confirmé lundi que l'ambassadeur de France avait été convoqué pour expliquer les propos de Macron, condamnant ce qu'il a appelé «une campagne islamophobe systématique sous le couvert de la liberté d'expression».

Rendant hommage au professeur Samuel Paty après l'attaque, Macron a déclaré que la France «n'abandonnera pas les dessins animés» et que Paty «a été tué parce que les islamistes veulent notre avenir».

Dans une série de tweets, Khan a déclaré: «  Il est regrettable que (Macron) ait choisi d'encourager l'islamophobie en s'attaquant à l'islam plutôt qu'aux terroristes qui commettent des violences, qu'il s'agisse de musulmans, de suprémacistes blancs ou d'idéologues nazis.

«  Malheureusement, le président Macron a choisi de provoquer délibérément les musulmans, y compris ses propres citoyens, en encourageant l'affichage de caricatures blasphématoires ciblant l'islam et notre prophète (que la paix soit sur lui).

«  En attaquant l'islam, clairement sans en avoir aucune compréhension, Macron a attaqué et blessé les sentiments de millions de musulmans en Europe et à travers le monde.

«La dernière chose que le monde veut ou a besoin, c'est une polarisation accrue. Les déclarations publiques fondées sur l'ignorance créeront plus de haine, d'islamophobie et d'espace pour les extrémistes.

Dans une lettre de suivi à Facebook, publiée dimanche soir, Khan a de nouveau attaqué ce qu'il a appelé la «polarisation et la marginalisation des musulmans en France».

Macron a déclaré que la France `` n'abandonnera pas les dessins animés '' alors qu'il rendait hommage à Samuel Paty (cercueil, photo), affirmant que l'enseignant avait été tué parce que `` les islamistes veulent notre avenir ''

Macron a déclaré que la France «  n'abandonnera pas les dessins animés '' alors qu'il rendait hommage à Samuel Paty (cercueil, photo), affirmant que l'enseignant avait été tué parce que «  les islamistes veulent notre avenir ''

Les remarques de Macron ont suscité l'indignation dans le monde musulman, les manifestants descendant dans les rues d'Istanbul montrant des images d'un pied sur son visage - un geste très offensant dans l'islam

Les remarques de Macron ont suscité l'indignation dans le monde musulman, les manifestants descendant dans les rues d'Istanbul montrant des images d'un pied sur son visage – un geste très offensant dans l'islam

«Comment les Français feront-ils la distinction entre les citoyens musulmans extrémistes radicaux», a-t-il écrit, «et les citoyens musulmans dominants de l'islam?

«Nous avons vu comment la marginalisation conduit inévitablement à l'extrémisme – ce dont le monde n'a pas besoin.

Il a déclaré qu'une interdiction d'un tel contenu serait appropriée, après que Facebook a déclaré ce mois-ci qu'il mettait à jour sa politique de discours de haine pour interdire les contenus qui niaient ou déformaient l'Holocauste.

« On ne peut pas envoyer un message indiquant que si les messages de haine contre certains sont inacceptables, ils sont acceptables contre d'autres », a déclaré Khan, ajoutant qu'une telle position était « le reflet de préjugés et de préjugés qui encourageront une radicalisation plus poussée ».

En réponse, une porte-parole de Facebook a déclaré à Reuters que l'entreprise s'opposait à toutes les formes de haine et n'autorisait pas les attaques basées sur la race, l'ethnie, l'origine nationale ou la religion.

«  Nous supprimerons ce discours de haine dès que nous en prendrons conscience '', a déclaré la porte-parole dans un communiqué, ajoutant que Facebook avait «  plus de travail à faire ''.

Le dernier rapport de transparence de Facebook pour les six mois jusqu'en décembre 2019 a montré que le Pakistan était la source du deuxième plus grand nombre de demandes de réduction de contenu après la Russie.

Une source ayant une connaissance directe du problème sur Facebook a déclaré à Reuters que la plupart des demandes de suppression de contenu lié à l'islam provenaient du Pakistan, dépassant les autres pays à majorité musulmane.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a également critiqué les propos de Macron, suggérant que le dirigeant français a besoin d'un `` traitement de santé mentale ''

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a également critiqué les propos de Macron, suggérant que le dirigeant français a besoin d'un «  traitement de santé mentale ''

Facebook s'y conforme traditionnellement, car ne pas le faire reviendrait à enfreindre les lois pakistanaises, a déclaré la source, ajoutant que les autorités enverraient souvent des dizaines de liens à la fois et exigeraient qu'ils soient supprimés.

Les commentaires de Khan à propos de Macron suivent un côté similaire du président turc Tayyip Erdogan, après quoi la France a rappelé son ambassadeur en Turquie.

Le Pakistan et la Turquie partagent des liens étroits, tandis que Khan et Erdogan ont développé une relation étroite – en particulier sur le thème de l'islamophobie.

La lettre de Khan à Facebook et les commentaires sur Macron surviennent alors qu'il fait face à la pression d'une coalition nouvellement formée de partis d'opposition qui cherche à l'évincer.

Les caricatures du prophète Mahomet, publiées pour la première fois en 2005 par le journal danois Jyllands-Posten, sont depuis longtemps un sujet sensible parmi les musulmans, suscitant des manifestations au Pakistan et ailleurs.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté au Pakistan le mois dernier lorsque les caricatures ont été republiées par l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo.

Le gouvernement de Khan a soumis un certain nombre d'applications de médias sociaux à un examen minutieux et en a interdit certaines pour les autorités de contenu jugées obscènes ou immorales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *