Catégories
Actualités

Le Home Office «  a un plan secret pour utiliser au moins cinq prisons pour héberger les migrants ''

Le Home Office a un plan secret pour utiliser au moins cinq prisons pour héberger les migrants qui traversent la Manche vers la Grande-Bretagne, selon un dénonciateur

  • Le responsable des opérations des détenus a déclaré qu'au moins cinq prisons pourraient être «restructurées»
  • Il fournirait un hébergement à court terme pour la marée de migrants interceptés
  • Les responsables auraient intensifié l'utilisation des hôtels à travers le Royaume-Uni

Les responsables du ministère de l'Intérieur élaborent des plans secrets pour utiliser les prisons pour abriter le nombre record de migrants traversant la Manche vers la Grande-Bretagne depuis la France, selon un dénonciateur du gouvernement.

Un responsable des opérations des détenus a affirmé hier soir au Mail dimanche qu'au moins cinq prisons pourraient être «  restructurées '' pour fournir un hébergement à court terme pour la marée de migrants interceptés alors qu'ils effectuaient le trajet perfide de 21 miles à travers l'un des navires les plus fréquentés du monde. itinéraires.

Alors que la crise s'intensifie, les responsables auraient intensifié l'utilisation des hôtels à travers le Royaume-Uni pour héberger les arrivants – avec au moins 20 sites actuellement utilisés.

Au moins 151 migrants se sont rendus au Royaume-Uni samedi, a confirmé le ministère de l'Intérieur. Les navires des forces frontalières ont été actifs dans la Manche pendant la majeure partie de la journée, travaillant avec les autorités françaises ainsi qu'avec les garde-côtes et la RNLI.

Les migrants tentant de traverser la Manche en dériveur hier sont récupérés par les autorités françaises, à droite, et renvoyés au port de Calais

Les migrants tentant de traverser la Manche en dériveur hier sont récupérés par les autorités françaises, à droite, et renvoyés au port de Calais

Le groupe de migrants fatigués a tenté de traverser la Manche en dériveur. Ils sont photographiés en train d'être ramenés en France

Le groupe de migrants fatigués a tenté de traverser la Manche en dériveur. Ils sont photographiés en train d'être ramenés en France

Au total, 15 navires ont été interceptés par les autorités britanniques. Selon les chiffres officiels, au moins 350 personnes ont été interceptées en train d'effectuer la traversée depuis le nord de la France ces derniers jours, dont 235 – le record d'une journée – jeudi. Mais l'initié a allégué que le vrai nombre était plus élevé.

La source a déclaré: «Les chiffres officiels sont très différents des informations que nous voyons quotidiennement. Les reportages dans les médias semblent être sous-estimés et c'est une préoccupation. Les chiffres réels pour mercredi étaient de 322 détenus par les forces frontalières. C'étaient tous des engagements côtiers supérieurs aux chiffres normaux de détection et d'élimination. D'après les données sur mon bureau au cours des 72 dernières heures, c'est un reflet fidèle et précis du nombre de détenus.

Alors que le chiffre des détentions au cours des sept derniers jours est d'environ 1277. '' Le ministère de l'Intérieur n'a pas publié de chiffre pour les arrivées mercredi mais a déclaré hier soir que des écarts pourraient être le résultat mer ou à proximité du rivage.

Un enfant en bas âge (photo) a été transporté en lieu sûr par un responsable des forces frontalières à Douvres hier

Un enfant en bas âge (photo) a été transporté en lieu sûr par un responsable des forces frontalières à Douvres hier

Alors que le ministre de l'Intérieur Priti Patel luttait pour conserver sa crédibilité sur la question de la migration, les chefs de la défense envisageaient ce week-end une demande pour aider à faire face à l'afflux. Le ministère de la Défense a déclaré qu'il ferait «tout ce qu'il peut» pour soutenir le gouvernement, mais une source du ministère de la Défense a décrit l'idée d'utiliser la marine comme «complètement pot», ajoutant que les ressources militaires ne devraient pas être utilisées pour remédier aux «défaillances politiques».

Dans un tweet, la ministre de l’Intérieur a insisté sur le fait qu’elle s’efforçait de rendre le «dangereux» itinéraire de franchissement de la Manche «non viable», mais que le gouvernement se heurtait à des «obstacles législatifs, juridiques et opérationnels».

Hier soir, elle a annoncé un nouveau commandant de la menace clandestine de la Manche pour aider à lutter contre la crise. La nomination de Dan O'Mahoney, qui est déjà directeur du Joint Maritime Security Center du Royaume-Uni, sera «  vitale pour couper cette route en réunissant tous les partenaires opérationnels au Royaume-Uni et en France '', a-t-elle déclaré, bien que d'autres aient décrit la décision. comme un gadget.

D'autres images montraient un migrant présumé poussé dans un fauteuil roulant par des responsables à Douvres hier

D'autres images montraient un migrant présumé poussé dans un fauteuil roulant par des responsables à Douvres hier

Quelques heures plus tôt, deux autres bateaux transportant un total de 26 migrants sont arrivés sur la côte du Kent et d'autres débarquements ont été signalés à Deal et Folkestone. Des douaniers français de la gendarmerie nationale ont également été photographiés en train d'intercepter des migrants sur des canots pneumatiques et de les escorter à Calais. Les forces frontalières et les garde-côtes se préparent à l'arrivée de centaines de migrants supplémentaires cette semaine. Une analyse du groupe de réflexion MigrationWatch UK prédit que 7500 migrants auront traversé la Manche d'ici la fin de l'année – plus de quatre fois les 1892 qui l'ont fait en 2019. Le ministre des Écoles, Nick Gibb, a déclaré à la BBC que le gouvernement envisageait d'utiliser des bateaux pour empêcher les migrants de faire la traversée.

Une approche similaire de «refoulement» est utilisée en Australie, où les navires militaires interceptent les bateaux de migrants et les remorquent vers l’Indonésie, mais l’ancien ministre de l’intérieur travailliste, Jack Straw, a déclaré que cette approche «nécessite la coopération des Français».

La France exigerait 30 millions de livres sterling de la Grande-Bretagne pour lutter contre le problème, argent que le ministre de l'Intérieur aurait refusé jusqu'à ce qu'elle reçoive des assurances sur la manière dont il sera dépensé. Il est entendu que les fonds viendraient s'ajouter aux 114 millions de livres sterling par an que le Royaume-Uni paie déjà à la France pour aider à mettre fin à l'immigration illégale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *