Catégories
Actualités

Le point de vue du Guardian sur Samuel Paty: ne laissez pas le culte de la mort gagner | Éditorial | Opinion

jeIl est difficile de rendre compte de l'horreur de la décapitation vendredi dernier d'un enseignant du secondaire français, Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine près de Paris. Une telle violence extrême est conçue pour terroriser et traumatiser, et c'est le cas. Les enfants ne devraient en aucun cas être confrontés à ce niveau de brutalité, encore moins au cours de leur éducation. Les quelque 1 million d’enseignants français ne devraient avoir aucune raison de craindre d’aller travailler.

C'est une ironie farouche que le président Emmanuel Macron ait récemment annoncé un financement supplémentaire pour les écoles et une extension de la recherche universitaire sur la culture islamique, dans le cadre d'un ensemble de mesures dans une nouvelle loi contre le séparatisme religieux. La reconnaissance officielle que l'aliénation et la division sont motivées par la pauvreté et le manque d'opportunités, ainsi que par l'idéologie islamiste radicale, se fait attendre. L'accent accru mis sur l'inclusion était un signe d'espoir, bien que l'aversion des Français à enregistrer l'appartenance ethnique et la religion dans les données officielles demeure un obstacle à la politique publique avec des résultats mesurables.

Dire que les événements de la semaine dernière ont été une vicieuse rebuffade à une telle approche serait un euphémisme. À notre époque de polarisation, nous sommes nombreux à considérer les sciences humaines comme une source d’espoir. Nous pensons que former les jeunes à devenir des citoyens actifs qui connaissent le monde fait partie des choses les plus importantes qu'un État puisse faire. Le fait qu'un professeur d'histoire et de géographie soit assassiné parce qu'il a osé mener une classe d'adolescents sur le terrain âprement contesté de la liberté d'expression est un rappel cruel de l'ampleur des enjeux.

M. Paty, âgé de 47 ans, avait offert à des étudiants musulmans la possibilité de quitter sa classe avant de montrer deux des dessins animés représentant le prophète Muhammad qui ont été initialement publiés par le magazine satirique Charlie Hebdo. Pourtant, sa leçon a été suivie non seulement de plaintes, mais d'une vidéo téléchargée par un parent sur Internet. Étant donné que son assassin, Abdullakh Anzorov, un jeune de 18 ans d'origine tchétchène, vivait à 60 kilomètres de là sans aucun lien évident avec l'école, il n'est pas étonnant que les ministres français pointent maintenant le personnage vers les entreprises de médias sociaux. Encore une fois, dans une situation où la radicalisation a entraîné des pertes en vies humaines, les communications en ligne ont joué un rôle odieux.

Le risque, comme d'habitude après une attaque djihadiste, est la boucle de rétroaction destructrice qu'elle crée. Ce n'est jamais un seul individu que les cultes de la mort cherchent à tuer. Leur objectif est de fomenter la haine. Déjà, le gouvernement français a annoncé son intention d'expulser 213 étrangers sur une liste de surveillance. Le Rassemblement national de Marine Le Pen et d’autres rivaux à la droite de M. Macron le pousseront à aller plus loin, encourageant le public à panser ses blessures en exigeant une punition collective et en suscitant l’hostilité envers les réfugiés et les migrants.

La priorité sera de retrouver tout complice ou soutien du meurtrier de M. Paty. Mais M. Macron ne doit pas permettre que sa politique anti-extrémisme soit déraillée par une idéologie psychopathique. Il a eu raison de dire récemment que l'enjeu est «de lutter contre ceux qui déraillent au nom de la religion» tout en protégeant les autres musulmans français. Il est tragique que les événements de vendredi dernier aient rendu cette tâche difficile encore plus difficile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *