Catégories
Actualités

Les nouveaux cas de coronavirus augmentent de 54% en France métropolitaine en une semaine | Nouvelles du monde

Les autorités sanitaires françaises ont confirmé une «augmentation marquée» de 54% du nombre de nouveaux cas de coronavirus sur le continent français depuis la semaine dernière.

L'augmentation a couvert tous les groupes d'âge, mais les autorités de santé publique ont déclaré que l'augmentation était particulièrement préoccupante chez les personnes âgées de 20 à 30 ans. Il y avait également une augmentation du nombre de patients admis à l'hôpital avec Covid-19, et les chiffres pour ceux nécessitant des soins intensifs. les soins ont augmenté de un – la première fois que le chiffre a augmenté en 16 semaines.

Alors que la France se préparait à une vague de chaleur, les gens étaient exhortés à garder leur visage malgré la flambée des températures, qui devrait atteindre 41 ° C (106 ° F) dans certaines régions.

Le nombre de nouveaux cas au cours des dernières 24 heures était de 1 377, soit un peu moins que la veille, ce qui était un record depuis mai, et le nombre de grappes sous enquête a augmenté de 10 à 151. Il y a eu 16 décès à l'hôpital au cours de la précédente. 24 heures, portant le nombre total de décès en France attribués au coronavirus à 30254.

graphique

Dans son rapport du 20 au 26 juillet, Santé Publique France a indiqué que le nombre de tests positifs au coronavirus en France, y compris dans les DOM, avait augmenté pour la troisième semaine consécutive et que l'augmentation était «significative». Un peu moins de 458 000 patients ont été testés et 6 407 se sont révélés positifs pour le virus, soit une augmentation de 44% par rapport au nombre de tests positifs la semaine précédente.

Parmi les testés, un peu moins de 440000 résidaient en France métropolitaine, appelée l’Hexagoneet 5 592 ont été testés positifs, soit une augmentation de 54% par rapport au nombre de tests positifs la semaine précédente. En bref, le nombre de tests effectués a augmenté de 27%, tandis que le nombre de résultats positifs a augmenté de 54%.

«Au cours de la semaine 30, l'augmentation des nouveaux cas positifs est bien supérieure à l'augmentation du nombre de tests effectués», a-t-il déclaré.

Plus de la moitié (51%) de ceux qui ont été testés positifs ne présentaient aucun symptôme. Parmi les personnes testées positives, 69% étaient âgées de 15 à 44 ans et parmi celles-ci, la plus forte augmentation concernait les 20 à 25 ans.

Le nombre R – le nombre de personnes qu'une personne infectée par le virus en moyenne infectera – est passé de 1,35 à 1,42.


L'augmentation du nombre de grappes serait le résultat de grands rassemblements familiaux ainsi que d'événements publics et privés.

Santé Publique France a déclaré que la hausse était également due à la «baisse de l'adoption systématique de mesures de prévention (garder une distance minimale d'un mètre, ne pas serrer la main et arrêter les étreintes)».

Pendant ce temps, des milliers de manifestants devaient se rassembler à Berlin ce week-end pour protester contre les restrictions introduites pour freiner la propagation du coronavirus.

Sous le titre général «Fin de la pandémie – le jour de la liberté», divers groupes d'extrême gauche et de droite, y compris des anti-vaxxers, des négationnistes de l'Holocauste et des théoriciens du complot qui croient que le virus a été imposé par une élite afin de gagner pouvoir, devraient organiser des dizaines de manifestations individuelles dans la capitale allemande.

La police et les législateurs ont exhorté les participants à observer les règles de distance physique et à porter des couvre-chefs, au milieu des preuves que la fréquence du virus augmente à nouveau.

Un groupe de manifestants a suggéré de «prendre d'assaut le Reichstag», le bâtiment du parlement allemand. D'autres ont rejeté l'idée, arguant qu'elle pourrait discréditer la manifestation. Selon le ministère de l'Intérieur de Berlin, plus de 1 500 policiers devraient être de service, avec environ 22 000 manifestants venus de toute l'Allemagne.

Le rassemblement principal devrait avoir lieu à la porte de Brandebourg, dans le centre de Berlin, avant que les participants ne descendent le large boulevard 17. Juni jusqu'à la colonne de la Victoire. D'autres manifestations sont prévues ailleurs dans la ville.

On pensait que les manifestants de restriction anti-coronavirus étaient en déclin depuis que l'Allemagne a commencé à assouplir progressivement ses règles de verrouillage après avoir réduit le nombre d'infections actives.

Les manifestants proviennent de divers groupes d'intérêt, y compris des adeptes du groupe américain QAnon – un culte de la théorie du complot en ligne axé sur l'idée d'une domination de «l'État profond», dont l'un des héros est le président américain, Donald Trump, et le Querdenken («Pensée latérale»), dont les adeptes portent des pendentifs en feuille d'étain et sont contre un vaccin contre le coronavirus, et ont gagné en popularité à mesure que la pandémie se prolongeait.

Ses sympathisants ont utilisé les médias sociaux pour gagner du soutien. Les événements de ce week-end sont censés marquer la première fois que les différents groupes se réuniront activement, plutôt qu’accidentellement.

L'une de ses figures de proue, un célèbre cuisinier végétalien appelé Attila Hildmann, s'est vu interdire de prendre la parole lors du rassemblement en raison de la rhétorique diffamatoire et d'extrême droite qu'il a utilisée lors des manifestations précédentes.

Nikolai Nerling, un important négationniste de l'Holocauste qui diffuse ses opinions sur YouTube, devrait être présent. Le NPD d'extrême droite a également annoncé sa participation.

L'une des demandes générales des manifestants est que le parlement allemand convoque de nouvelles élections en septembre, un an avant la date prévue, afin que les électeurs aient la possibilité de faire tomber ce que l'on appelle le «gouvernement d'urgence corona» de la chancelière, Angela Merkel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *