Catégories
Actualités

Un caissier raconte une épreuve de quatre heures dans le siège d'un supermarché parisien | France

Une caissière de supermarché a décrit comment elle a passé quatre heures terrifiantes à attendre d'être tuée après qu'un terroriste ait tiré sur un collègue et trois clients et pris 17 personnes en otage.

Zarie Sibony, 28 ans, a raconté de manière effrayante comment Amédy Coulibaly s'est lancé dans une diatribe antisémite après avoir assiégé la boutique Hyper Cacher dans le sud de Paris en janvier 2015.

Coulibaly était en contact avec les frères Saïd et Chérif Kouachi qui avaient tué 12 personnes lors d'une attaque contre le journal satirique Charlie Hebdo deux jours plus tôt.

Sibony a déclaré à un tribunal de Paris qu'elle se rappelait «avoir mis un paquet de poulet congelé» à la caisse lorsque le tireur est entré dans le supermarché vers 13 heures et a tiré sur son collègue Yohan Cohen, 20 ans, et le directeur des ventes Philippe Braham, 45 ans.

Elle s'est cachée sous la caisse mais s'est retrouvée face à face avec le tireur.

«J'étais assis par terre et il était là devant moi avec ses bras, deux kalachnikov, une dans chaque main, et il a dit une phrase que je n'oublierai jamais:« Toi, tu n'es pas encore mort. Vous ne voulez pas mourir? »Et il a tiré. J'ai vu l'impact de la balle dans ma caisse et j'ai compris que j'étais presque mort. Je ne comprends toujours pas à quel point je lui ai manqué quand j'étais devant lui », a déclaré Sibony.

Pensant que Coulibaly était un voleur, Sibony a dit qu'elle avait offert de l'argent au tireur auquel il a répondu: «Vous pensez que je fais ça pour de l'argent? Les frères Kouachi et moi faisons partie du même groupe. Vous juifs, vous aimez trop la vie quand l’important est la mort. Je suis ici pour mourir. Vous êtes juifs et français, les deux choses que je déteste le plus.

La jeune femme s'est souvenue de l'odeur de poudre des tirs et du sang coagulant et de la façon dont le tueur était devenu agacé par les bruits de gémissement du Cohen mortellement blessé et a demandé aux otages s'il devait l'achever.

«Bien sûr, nous avons tous dit non», a déclaré Sibony, ajoutant que Coulibaly avait laissé son collègue à l'agonie mais l'avait finalement tué par balle.

Elle a déclaré au tribunal qu'elle avait été forcée de enjamber les corps lorsque le tireur lui avait ordonné d'aller ramener ceux qui se cachaient à un rez-de-chaussée inférieur pendant qu'il tenait un autre caissier sous la menace d'une arme. Yoav Hattab, 21 ans, étudiant, est revenu avec elle mais a été abattu alors qu’il tentait de saisir l’une des armes du terroriste. « Il ne sait même pas comment utiliser une arme », a déclaré le tueur en riant et en frappant sa victime au visage.

Le procès de 14 personnes accusées d'avoir aidé les frères Kouachi et Coulibaly – dont trois sont jugés par contumace – se poursuivra jusqu'en novembre. Les frères Kouachi et Coulibaly ont été tués dans des fusillades séparées avec la police.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *