Catégories
Actualités

Une Coop d’Etat | La vie avec des poulets

Poulets dans un poulailler avec une jolie poulailler

Le jour est venu récemment quand j'ai réalisé que cette année, l'année du Coronavirus, j'aurais le temps de faire le jardin et ce sera probablement une très bonne idée de rendre mon lit de légumes le plus efficace possible. Mais je suis une maman poulet et certains de mes poulets sont autant nomades que moi. Je voyage généralement en France toute l'année. Ils voyagent dans mon jardin depuis un an. Pendant ce temps, ils ont mangé tous mes légumes, creusé de nombreux trous dans lesquels je tombe fréquemment (ce n'est qu'un miracle que je n'ai pas cassé une cheville), fait caca partout sur la terrasse, les tables et les chaises de jardin (les voici Instagram), a pondu des œufs sur la table et dans un bol de nourriture pour chats (je ne plaisante pas – voici Barbie le poulet qui pond un œuf sur la table juste en face de nous), a combattu les chats et les oiseaux sauvages pour leur nourriture. Ils dormaient dans des arbres comme des oiseaux sauvages ou sous la terrasse dans des boîtes et apprenaient à picorer les fenêtres aux petites heures du matin pour attirer l'attention.

Quelque chose doit etre fait.

Cependant, avec tous les magasins fermés, il n'y a aucune chance d'acheter du matériel pour leur construire une coopérative et un enclos, nous avons donc dû faire preuve de créativité.

Lorsque nous avons emménagé dans cette ancienne ferme délabrée, il y avait une pièce que nous appelions en riant la «cuisine extérieure». Fondamentalement, c'était un couloir ouvert composé du mur d'extrémité de la maison et d'un toit en plastique relié à un autre mur (c'est mon père ci-dessous, en le regardant le premier jour où nous avons vu cette vieille maison). Nous avons cuisiné sur un vieux barbecue pendant deux ans ici pendant que nous rénovions et avons finalement démonté le toit et rénové cette pièce aussi. Il y avait beaucoup de toit, nous l'avons collé derrière un cabanon au fond du jardin et nous l'avons rapidement oublié. Il est resté là pendant 10 ans. Jusqu'à ce que nous devions construire des poules capricieuses dans une cage.

L'homme se tient dans une salle de dégringolade avec des murs manquants et des trous dans le toit

Nous l'avons traîné, découpé et transformé en hangar à partir d'un vieux cadre de serre qui devait aller à la décharge. Nous avons réaffecté un ancien gazebo en bois, l'enfermant avec une clôture en fil métallique laissée par un travail précédent et quelques vieilles portes cassées et avons fait une porte avec des morceaux de vieux bois et du fil.

Ensuite, j'ai tenté Gregory Peck Jr le coq patron et ses dames: Anne, Fran, Rachel, Marine, Gladys et Kim Kardashian dans le stylo. Nous leur avons donné une cage de chien cassée pour y pondre des œufs, elle est très confortable et remplie de paille molle, et une petite vieille coopérative pour dormir même s'ils préfèrent dormir sur le dessus. Travail accompli.

C'est du moins ce que nous pensions.

Le lendemain matin, picorez à la fenêtre. J'ai ouvert les rideaux et il y avait Gregory Peck Jr. et Anne me souriant (je suis sûr qu'ils souriaient) par la fenêtre.

Je me suis levé, l'aube se lève, le soleil lorgnant sur le sommet de la vallée. Je suis descendu vers le nouveau parc, les poulets m'ont suivi. Ils avaient creusé leur chemin à l'arrière. La clôture est maintenant clouée au sol. Mais je peux les voir, leurs yeux vérifiant chaque partie de la clôture pour trouver un moyen de sortir et de me contrecarrer.

Ils prévoient une coop d’état, j’en suis sûr.

Janine Marsh est rédactrice en chef du site et magazine The Good Life France et auteure de My Good Life in France: In Pursuit of the Rural Dream et My Four Seasons: A Year of the Good Life (sortie le 16 avril 2020)

Le poste A Coop d’Etat | La vie avec des poulets est apparue en premier sur The Good Life France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *