Catégories
Actualités

Une «  mafia de bateaux '' de trafiquants installe une base à Bruxelles pour faire passer des migrants de l'autre côté de la Manche

Des trafiquants impitoyables ont installé une base en Belgique pour faire passer des migrants à travers la Manche.

Le Daily Mail a établi que les réseaux du crime organisé se faisant appeler la «mafia des bateaux» se sont installés à Bruxelles pour profiter d’une augmentation considérable des migrants.

Quelque 1 000 arrivants utilisent la ville comme un relais alternatif vers la France à partir duquel planifier leur entrée au Royaume-Uni.

Chaque lit dans les auberges, hôtels et refuges caritatifs de Bruxelles est plein, avec une attente de six semaines.

Deux fois par jour, environ 600 migrants font la queue le long du quai du canal à Bruxelles pour des repas gratuits, photo

Deux fois par jour, environ 600 migrants font la queue le long du quai du canal à Bruxelles pour des repas gratuits, photo

Environ 600 migrants dorment dans le parc Maximilien près de la gare principale. D'autres dorment sur un quai au bord du canal central.

La nuit, les passeurs emménagent, proposant une traversée de la Manche en canot pneumatique pour aussi peu que 500 £.

Les migrants ont déclaré au Mail qu’ils s’étaient vu offrir des places sur des bateaux plus grands pour une «traversée plus garantie» coûtant entre 2 000 et 3 000 £ par personne.

Certains ont commencé à vendre du cannabis et de la cocaïne pour économiser suffisamment d'argent.

Des migrants volent d'autres migrants à la pointe du couteau pour le prix, selon un groupe afghan.

Abuzar Afzali, 30 ans, originaire d'un village à l'extérieur de Kaboul, a déclaré: «Le parc est un endroit dangereux la nuit. Il y a des hommes avec des couteaux là-bas et parfois la mafia des bateaux vient.

La nuit, les passeurs emménagent, proposant une traversée de la Manche dans un canot pneumatique pour aussi peu que 500 £. Sur la photo, des migrants sont amenés au port de Douvres par une patrouille frontalière

La nuit, les passeurs emménagent, proposant une traversée de la Manche en canot pneumatique pour aussi peu que 500 £. Sur la photo, des migrants sont amenés au port de Douvres par une patrouille frontalière

«Je veux leur payer ce qu’ils demandent pour pouvoir aller au Royaume-Uni, mais je n’ai pas encore l’argent. Certains vendent de la drogue pour obtenir de l'argent. Ces mauvais hommes – la mafia des bateaux – sont le seul moyen. »

L'émergence d'un nouveau front sur le marché du trafic – géré principalement par des gangs albanais ou kurdes – sera profondément troublante pour le ministère de l'Intérieur, qui fait face à une enquête sur sa gestion de la crise par la commission des affaires intérieures des Communes.

Cette année, plus de 4 000 migrants ont effectué des passages illégaux contre 1 850 pendant toute l'année dernière.

Les militants ont estimé que le total de cette année pourrait atteindre 7 500.

La plupart des voyages partent de la France, mais un nombre croissant de migrants estiment avoir de meilleures chances de succès depuis la Belgique.

Le Mail a été témoin de l'ampleur de l'opération caritative visant à nourrir, à vêtir et à fournir un traitement médical de base aux migrants.

Deux fois par jour, environ 600 font la queue le long du quai du canal pour des repas gratuits.

Un bénévole a déclaré: «Il y a un vrai mélange de personnes qui veulent découvrir votre beau pays.

Ce sont pour la plupart des migrants économiques, plutôt que des réfugiés. Maintenant, il y en a de plus en plus. Il est difficile de tous les nourrir. »

La plupart sont des jeunes hommes d'Afrique, tandis que quelques-uns viennent d'Afghanistan, de Syrie, d'Iran et des territoires palestiniens.

Enayatullah Safi a déclaré qu'il avait mis un an pour marcher de son domicile dans la province de Kapisa près de Kaboul en Afghanistan à l'Europe occidentale.

Le soudeur de 24 ans a déclaré: «Je suis à Bruxelles depuis une semaine et je dors dans la rue parce que les associations caritatives n’ont plus de lits.

Cette année, plus de 4 000 migrants ont effectué des passages illégaux contre 1 850 pendant toute l'année dernière. Navire de patrouille côtière HMC Speedwell, photo

Cette année, plus de 4 000 migrants ont effectué des passages illégaux contre 1 850 pendant toute l'année dernière. Navire de patrouille côtière HMC Speedwell, photo

«La plupart des gens ici veulent se rendre en Angleterre. C'est leur rêve. Mais il est difficile d’y arriver, car nous n’avons pas les moyens de payer la mafia des bateaux.

«J'ai dû quitter ma maison et ma famille à cause des talibans.

«Ils voulaient que j'aide à faire exploser les gens en soudant des bombes explosives sur des vélos. Je ne ferais pas ça.'

Un autre migrant a raconté comment il a passé deux jours accroché au dessous d'un camion pour atteindre l'Europe occidentale.

Il a déclaré: «Deux de mes amis qui ont fait ça avec moi sont morts parce qu'ils se sont endormis en se tenant sous le camion. Ils sont tombés et sont morts à l’automne. »

La route belge a été mise à l'honneur l'année dernière après la mort de 39 migrants vietnamiens dans un conteneur réfrigéré qui a été expédié du port de Zeebrugge à Purfleet, dans l'Essex.

Mehdi Kassou, qui dirige une organisation caritative pour les réfugiés à Bruxelles, a déclaré: «Nous sommes coincés dans une situation qui conduit inévitablement des gens à leur mort ou entre les mains de trafiquants qui les mènent à leur mort.

« Les passeurs ne pouvaient se soucier du sort des migrants. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *