Catégories
Actualités

Une mise à jour sur la pandémie et le Puy Du Fou sous les projecteurs

Homme portant un masque marchant devant la Tour Eiffel

Dans le recueil de nouvelles de cette semaine, une mise à jour sur la pandémie, des nouvelles de l'application de nouveaux masques et de la façon dont le Puy du Fou est à nouveau sous les projecteurs.

En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19 fait apparaître au moins 218 536 cas confirmés (+ 3 015) et un total de 30 410 décès. Le dimanche 16 août, un décès a été enregistré dans un hôpital au cours des dernières 24 heures. Le nombre de décès dans les EHPAD (maisons de soins) et les centres socio-médicaux est de 10 505, la prochaine mise à jour étant prévue plus tard dans la journée. Le nombre total de décès dans les hôpitaux est de 19 905 (+1 en 24 heures).

C'était le deuxième jour consécutif que plus de 3 000 nouveaux cas ont été signalés.

Selon les données de Santé Public France, 23 départements sont actuellement en situation de «vulnérabilité»:

Modéré: 20 départements (Gard, Gironde, Haute-Garonne, Haute-Savoie, Hérault, Ille-et-Vilaine, Loiret, Mayenne, Meurthe et Moselle, Nord, Oise, Sarthe, Alpes-Maritimes, Var, Vaucluse, Val d ' Oise, Paris, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne)

Haut: 3 départements (Bouches-du-Rhône, Mayotte et Guyane)

Vendredi dernier: quatre régions (Ile de France, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France et Guyane) représentaient 69% des patients en réanimation.

  • Ile-de-France: 2557 hospitalisations et 4 décès en 24 heures
  • Grand Est: 536 hospitalisés et 2 décès en 24 heures
  • Hauts de France: 478 hospitalisés et 2 décès en 24 heures
  • Auvergne Rhône Alpes: 282 personnes hospitalisées et 1 décès en 24 heures
  • Provence-Alpes Côte d’Azur: 333 hospitalisés et 2 décès en 24 heures
  • Bretagne: 63 hospitalisés
  • Normandie: 82 hospitalisés et 2 décès en 24 heures
  • Nouvelle Aquitaine: 62 hospitalisés
  • Pays de la Loire: 104 hospitalisés
  • Occitanie: 58 hospitalisations
  • Guyane française: 93 hospitalisés et 2 décès en 24 heures

La France compte actuellement 263 clusters, dont 17 nouveaux.

Face à l'augmentation du nombre de nouvelles contaminations, de plus en plus de villes en France imposent le port de masques pour tenter d'arrêter la propagation du virus. La décision d'étendre les zones dans lesquelles le port du masque est obligatoire est entrée en vigueur samedi matin à Paris et Marseille (où 130 CRS policiers seront envoyés pour renforcer les mesures de contrôle).

Si vous habitez à Angers (Maine-et-Loire), Sète (Hérault), Toulon (Var), ou en Seine-Maritime ou en Haute-Saône, le port du masque dans certaines rues, ou sur les marchés, est entré en vigueur hier.

La ministre de l'Emploi, Elisabeth Borne, a annoncé dimanche Journal du Dimanche qu'aujourd'hui elle proposerait le port de masques obligatoire sur les lieux de travail à partir de la fin du mois (à temps pour la rentrée – la fin des vacances d'été et le retour au travail et à l'école en France), notamment dans les salles de réunion sans ventilation naturelle. Elle a ajouté que les masques ne sont «probablement pas nécessaires» dans les bureaux individuels, tant que la distanciation sociale est respectée.

Borne a déclaré qu'elle souhaitait «éviter à tout prix de nouveaux confinements», et que des décisions devront être prises «dans les prochains jours, afin que les nouvelles règles puissent être appliquées d'ici la fin du mois d'août».

Quarantaine pour les voyageurs britanniques de retour de France

La grande nouvelle pour les voyageurs britanniques est survenue vendredi dernier lorsque le gouvernement britannique a imposé une période de quarantaine obligatoire de 14 jours à toute personne revenant de France. Lisez l'histoire complète sur notre zone dédiée aux actualités de voyage Le Staycation.

Les rapports initiaux selon lesquels jusqu'à 500 000 personnes se trouvaient en France étaient largement valables, car les chiffres officiels suggéraient que le nombre était plus proche de 160 000. De nombreux voyageurs ont tenté frénétiquement de retourner au Royaume-Uni avant le début de la quarantaine samedi à 4 heures du matin.

Emplois et boutique Camaïeu sauvés de la fermeture

La chaîne de vêtements pour femmes Camaïeu, dont les problèmes ont été exacerbés par les fermetures de magasins pendant le lock-out, et qui est en redressement judiciaire depuis mai, va être reprise par Foncière immobilière bordelaise, sauvant 2619 emplois sur 3100, ainsi que 511 de ses 634 magasins. .

L'opération a été choisie de préférence à une offre publique d'achat alternative faite par le PDG de la société et trois de ses actionnaires – une transaction qui aurait inclus davantage de licenciements et de fermetures de magasins.

Le Puy du Fou accusé de traitement préférentiel… encore

Dans un geste qui a scandalisé de nombreux acteurs du monde sportif et culturel en France, l'épopée nocturne du parc à thème du Puy du Fou, la Cinéscénie, a été ouverte à 9000 spectateurs samedi soir, grâce à une dérogation accordée par le préfet de Vendée. (Les rassemblements publics de plus de 5 000 personnes sont toujours interdits en raison de l'épidémie de Covid-19).

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a déclaré, dans un entretien avec Le Parisien dimanche, qu'il n'y avait pas eu de traitement préférentiel. Le parc de loisirs a été fondé par Philippe de Villiers, dit proche du président Emmanuel Macron. L'Elysée a déjà nié toute implication.

C'est, a-t-elle dit, la préfecture qui a autorisé le feu vert, en vertu d'un décret publié le 10 juillet autorisant les autorisations «au cas par cas».

Elle a précisé que la décision du préfet avait été adoptée après un examen «du protocole sanitaire par les organisateurs et réalisé en collaboration avec l'Agence régionale de santé», qui assurait le port des masques par les spectateurs et la «séparation du public en trois zones étanches de 3.000 place chacun ».

Fin juillet, comme le rapporte FrenchEntrée, le parc avait déjà tenté de contourner la limitation en séparant 12 000 spectateurs en trois tribunes de 4 000 personnes, avant de mettre un terme aux spectacles. Regardez cette histoire ici.

Bachelot a défendu la décision, arguant que la situation du Puy du Fou «n'est pas comparable» à celle de nombreux festivals de musique où se tient le public, «une configuration qui reste aujourd'hui interdite», et que la capacité «énorme» du lieu rend il est plus facile de garder une distance entre chaque spectateur.

Elle a ajouté qu'il ne s'agissait pas d'un cas isolé: «Le parc du Puy-du-Fou n'a bénéficié d'aucun laissez-passer. (…) Les autres festivals qui pourraient être organisés en août dans le respect des conditions sanitaires (places assises, distance…) ont pu avoir lieu, comme le festival de piano de La Roque-d’Anthéron ou le festival de Ramatuelle ».

Cependant, ces deux événements ont accueilli bien moins de 5000 spectateurs.

Bannière Moneycorp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *